Le numérique pour l’apprentissage de la langue de scolarisation

Ce projet est né suite au constat suivant : à Mayotte, certains élèves ne maîtrisent pas ou peu la langue de scolarisation qui est le français. Alors comment les amener à s’exprimer à l’oral comme à l’écrit lorsque la langue maternelle n’est pas la langue de scolarisation ?

Au collège de Majicavo, une classe de 6ème a écrit et enregistré les voix off ainsi que le bruitage d’un dessin animé intitulé « Bernard ». Dans le cadre de l’accompagnement éducatif, et à raison d’une heure par semaine, les élèves sont devenus des cinéastes en herbe ! Ils on utilisé MovieMaker, un logiciel de montage vidéo, qui peut aisément être pris en main par des débutants. Il permet de créer des effets spéciaux, des transitions, d’ajouter des textes, des pistes son, des captures sonores... On peut aussi couper les vidéos.

Capture

L’écriture du texte débute après un visionnage du dessin animé sans le son. Un premier travail oral commence sous plusieurs formes : résumé de l’histoire, apport de vocabulaire, prononciation des mots... Peut débuter alors le travail écrit : les élèves dictent leur texte à un élève volontaire. Le texte final fait suite à plusieurs jets d’écriture et correction. Avant le montage vidéo, les élèves se positionnent dans différents rôles : voix off, narrateurs, techniciens…

On peut passer à la création de la vidéo. Les apprentis cinéastes ont appris à importer de la musique, des photos, des bruitages, des vidéos et télécharger des vidéos... Ils ont appliqué des effets ou des transitions choisis parmi les quelques dizaines qui sont proposées. Ils ont ajouté à leur production les titres, les génériques. Ils se sont chargés de la publication.

 

Fort de cette expérience, les élèves ont également fait une vidéo pour souhaiter la bonne année aux parents et à leurs camarades.

 

Au troisième trimestre, voyant le progrès fait par les élèves, Monsieur Marchand, principal du collège, les a missionnés pour un reportage sur les ateliers des parents.

Capture2

 

L’impact de cette expérience a été très positif : les élèves ont davantage confiance en eux pour s’exprimer et utiliser le français à l’oral comme à l’écrit. Ils sont plus à l’aise avec la langue d’enseignement. Le détour par l’usage du numérique a permis de travailler sur différents aspects de la langue et a ainsi permis de les faire progresser.

Marie Guylène MAËS, professeur des écoles au collège de Majicavo

 

 

 

© 2017 Site pédagogique - Académie de Mayotte